Le village médiéval déserté de Montchauvet

Accroché sur les pentes du Mont Chauvet depuis au moins le Xème siècle, le village médiéval de Montchauvet a perdu son défit face aux vicissitudes humaines et climatique. Village fossilisé depuis le XIV – Xvème siècle, il est redécouvert en 1965 et se présente tout de granit sous une belle hêtraie. Il est, aujourd’hui, un site archéologique exceptionnel, témoin architectural des maisons fortes et de l’habitat paysan médiéval parmi les plus surprenant de la Margeride gévaudanaise et auvergnate. Ce site archéologique garde un beau potentiel scientifique à découvrir.

Thoras

  L’ouverture de la treizième édition du Festival celte en Gévaudan se déroulera sur la commune de Thoras, le jeudi 8 août 2019. Située sur les monts de la Margeride, à 30km au sud-ouest du Puy en Velay, la commune de Thoras est une zone de moyenne montagne, limitrophe du département de la Lozère. La Margeride est un plateau granitique ancien qui culmine en son centre le mont Mouchet, à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Thoras. A l’Ouest, elle domine par une faille très érodée la région de Saint-Flour et la partie orientale du Cantal. A l’Est, elle … Lire la suite

Cubelles

La commune de Cubelles se situe en Haute-Loire et plus précisément dans le pays de Saugues sur le rebord Nord Est du plateau de la Margeride, dominant les gorges de la Seuge. L’église de Cubelles présente la particularité d’être construite à l’écart des habitations, en contrebas du village. Elle surplombe la vallée de la Seuge et fait face à la célèbre chapelle de Notre Dame d’Estours, située sur l’autre rive. C’est un monument simple et régulier enrichi par divers remaniements successifs. Romane à l’origine, comme l’indique l’arceau de la nef, elle comporte des éléments de style ogival. La porte, le … Lire la suite

Charraix

Face aux volcans du Velay et à la trouée du fleuve Allier, Charraix s’est installé à 900 m d’altitude et il affiche sa nature margeridienne. La commune compte environ 90 habitants permanents, population pouvant doubler l’été. Le granite affleure partout et construit d’étranges et impressionnants chaos rocheux : par exemple le site du « rochez du Bounou » qui surplombe les gorges de l’Allier. En se promenant dans le village de Charraix, près de Saugues, le visiteur sera attiré et intrigué par de jolies croix à boules. En effet, le village en possède sept. Elles sont uniques dans la région, et peut-être en … Lire la suite

Le domaine du Sauvage

Situé aux confins de la Haute-Loire, le site du Sauvage est ancré dans ces montagnes usées et rabotées que l’on appelle Margeride. Le Sauvage en Gévaudan, c’est aujourd’hui un collectif d’agriculteurs qui a décidé de faire revivre ce site historique exceptionnel au cœur de la Margeride. Pour une étape sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle, pour un séjour de randonnée, de ski de fond ou de raquettes, la magie des lieux tiendra ses promesses. Lieu de halte, de repos, de partage et d’échange ; que ce soit pour vous détendre, vous reposer, boire un verre, manger votre pique-nique, … Lire la suite

Le tombeau du général anglais

Cénotaphe situé à l’entrée du cimetière de Saugues. C’est le tombeau du Général Pierre Troys de Hostetemente, officier français tué au cours du siège de la ville. Curieusement ce monument est appelé « tombeau du Général anglais » !

Le diorama Saint-Bénilde

Un diorama en 13 tableaux sons et lumières qui retrace la vie de Pierre Romancon qui resta 20 ans à Saugues sous le nom du frère Saint-Bénilde et fut canonisé le 29 octobre 1967.

La Bête du Gévaudan

Les faits sont là, attestés par de nombreux documents d’époque tels les registres paroissiaux, ou les témoignages de personnes l’ayant approchée ou aperçue, la Bête du Gévaudan a bien existé. De 1764 à 1767, on lui attribue plus de 100 décès, tous des femmes et des enfants.

Le château d’Esplantas

Château du Moyen-Âge, ancienne place forte des Mercoeur constituée d’un donjon circulaire et d’un corps de logis. L’ensemble a été restauré par son nouveau propriétaire. Ancienneté et authenticité caractérisent cette place forte du Gévaudan.

Lucien Gires

Son père était sabotier à Saugues, sa mère qui venait d’une famille de tailleurs de pierre sut cultiver les talents artistiques de ses enfants, Joseph, Louis et enfin Lucien le dernier né en 1937 à Saugues.  Zélina Gires aida souvent son fils, à tirer des affiches, à coudre des vêtements pour les personnages du diorama de Saint Bénilde. Lucien Gires dit « Lulu » pour tout le monde se disait artisan.